Saab neuve et occasion : comparer les prix et les modèles

Retrouvez toutes les voitures Saab sur LeComparateurAuto. Comparer les prix de tous les modèles de Saab, et acheter votre voiture moins chere, neuve ou occasion

Logo saab

DESCRIPTION ET HISTORIQUE SAAB

Saab est le nom d'un constructeur aéronautique et d'un constructeur automobile suédois. Ce nom est l'acronyme de Svenska Aeroplan Aktiebolaget, qui peut se traduire par « Société par actions d'aéroplanes suédois »[1].

Saab AB et Saab Automobile AB sont au XXIe siècle deux entreprises distinctes, mais à l'histoire commune. Saab Automobile AB est un constructeur automobile, ex-filiale de General Motors, propriété du Néerlandais Spyker Cars depuis le 26 janvier 2010[2]. Le groupe Saab AB, quant à lui, exerce ses activités principales dans le domaine de la défense, de l'aéronautique et de la sécurité civile. Le logo de la marque automobile ressemble à celui du constructeur de poids lourds Scania, dont elle a été une société sœur.

Histoire

Saab (Svenska Aeroplan Aktiebolaget) est née en 1937 de la volonté du gouvernement social démocrate de l'époque de doter la Suède d'une industrie aéronautique capable, en cette période troublée, de défendre la neutralité du pays. L'activité démarre par des constructions sous licence, puis elle décolle avec la création du premier avion de conception suédoise, le B 17, suivi du B 18, qui apparaîtra sur le logo décorant les modèles de la marque dans les années soixante. Un chasseur à hélice arrière et siège éjectable suivra. Mais le retour à la paix et les incertitudes qui pèsent sur l'avenir de l'aéronautique vont conduire les dirigeants de l'entreprise à chercher une diversification. Les automobiles Saab vont naître de la nécessité de ce redéploiement industriel.

En raison des graves difficultés de GM dans un contexte difficile de l'industrie automobile, la production automobile de SAAB a fortement chuté de 2007 à 2009, avec 95 000 voitures en 2007, 40 000 en 2008 et 20 800 en 2009[3]. Fin 2009, Spyker Cars entre en négociation avec General Motors pour le rachat de Saab. Le rachat fut signé le 26 janvier 2010 au soir contre 400 millions de dollars, pour être finalisé à la mi-février.

 

Saab Automobile AB

La direction du projet de développement d'un véhicule économique, adapté au marché suédois, fut confiée à l'ingénieur Gunnar Ljungström, qui réunit une équipe d'une vingtaine d'ingénieurs et de techniciens de l'aéronautique. La légende ajoute que seuls deux membres du groupe possédaient un permis de conduire.

En moins de deux ans, ces passionnés réussirent à transformer leurs compétences du domaine de la construction aéronautique en une solide connaissance des automobiles, sans pour autant renier leurs origines. Leur apprentissage méticuleux s'alimentait des modèles Opel, DKW et Adler. Le prototype UrSaab reçut même les feux avant de la VW coccinelle.

La première Saab fut ainsi présentée à la presse et au public le 10 juin 1949[4]. Dotée d'un profil semblable à celui d'une aile d'avion, elle ne ressemblait à aucune autre voiture commercialisée à cette époque. Le modèle industrialisé, redessiné par le designer industriel Sixten Sason (Karl-Erik Sixten Andersson), fut commercialisé dès décembre 1949 sous le nom de Saab 92. Animée d'un deux cylindres à deux temps de 764 cm3 d'origine DKW, elle développait une puissance de 19 kW pour atteindre 105 km/h en vitesse de pointe.

Encore partie intégrante du groupe Saab originel en 1945, la division automobile qui entre-temps intégra Scania en 1964 devint parfaitement indépendante dès 1990, prenant ainsi le nom de Saab Automobile AB au capital partagé à 50 % entre General Motors et Saab-Scania. Puis en 1995 le groupe Saab-Scania se divisa en deux compagnies distinctes ; Saab Automobile AB, qui appartiendra pour moitié à General Motors, et Scania AB. C'est en 2000 que General Motors acquiert définitivement 100 % du capital[5].

Début 2009, frappée comme nombre de constructeurs automobiles par la crise économique, GM souhaite se séparer de Saab Automobile AB, qui est alors mise en redressement judiciaire par le tribunal de Vänersborg[6]. Cette procédure place la société dans une certaine protection temporaire face à ses créanciers et la sépare de facto de sa maison mère. En février 2009, Saab Automobile est officiellement mise en vente, sous l'égide de la Deutsche Bank, et menacée de fermeture en cas d'échec dans la sélection des repreneurs potentiels[7]. Courant juin 2009 le suédois Koenigsegg, spécialisé dans les voitures sportives haut de gamme, signe un engagement officiel pour reprendre le constructeur[8], mais finira par se rétracter le 24 novembre 2009, devant la difficulté de refinancement[9].

Le constructeur néerlandais Spyker Cars, soutenu par la banque russe Covers Group, se pose alors en repreneur de la dernière chance, devant le concurrent canadien Magna International soutenu par la Sberbank ; la date limite des négociations reste fixée au 31 décembre. Mais alors que Spyker est sur le point d'accéder au soutien financier de la Banque Européenne d'Investissement (BEI), General Motors estime que la transaction ne pourra se faire avant la date fatidique. La maison mère décide le 18 décembre 2009 de rompre les discussions, pour annoncer l'arrêt définitif des activités de Saab Automobile à partir de janvier 2010 et, à terme, sa disparition. Entre temps, le constructeur américain annonce rester ouvert à toute autre proposition de rachat[10]. De nouvelles offres apparaissent notamment chez Spyker Cars, Genii-Ecclestone, Merbanco et Samuelsson-Nygren[11]. Après quantité de rumeurs et rebondissements, Victor Muller (Spyker Cars) et GM annoncent séparément au soir du 26 janvier 2010 la signature d'un accord de vente ; Saab Automobile AB est cédée au Néerlandais pour 400 millions de dollars, dont 74 millions en liquidités et 326 millions en actions préférentielles[12] de la nouvelle entité Saab-Spyker. La vente sera finalisée courant février, avec le soutien d'un prêt de 400 millions d'euros de la Banque Européenne d'Investissement garanti par l'État suédois[13]. Cet épisode aura engendré une mobilisation sans précédent de passionnés à travers le monde, notamment grâce à l'internet et au site SaabsUnited animé par Steven Wade, un Australien de Tasmanie à qui Victor Muller annoncera prioritairement par téléphone la signature de l'accord, avant même la conférence de presse[14]. Le 23 février 2010 Spyker Cars annonce la finalisation de la vente, Saab Automobile et Spyker Cars resteront deux entités indépendantes sous l'égide de la maison mère Spyker Cars N.V.[15]

Évolution de l'emblème

Si l'Ursaab indiquait sa marque par un écu rouge bordé de chrome, le véritable logo de la marque Saab présentait initialement l'acronyme, en chrome sur fond bleu, monté sur des ailes chrome. Dès 1963 l'acronyme changea de caractère pour surmonter un avion bimoteur à hélice représenté de face, l'ensemble d'abord simplement chromé puis finalement chromé sur fond bleu au sein d'un trapèze isocèle aux coins arrondis. En 1984, suite à la fusion avec Scania, Carl Frederik Reuterswärd dessina dans un double cercle l'animal mythique symbole de vigilance, un griffon couronné, issu de l'ancien logo Scania-Vabis AB et emblème de la Scanie, sa région d'origine. L'animal était entouré de haut en bas des mentions Saab et Scania. Le 14 août 2000 apparut un logo plus simple, rond, portant uniquement la tête de griffon rouge couronnée de jaune, et surmontant l'acronyme blanc ou chrome Saab sur fond bleu[16].

Orientation technologique

L'histoire de Saab demeure très liée à celle de la sécurité et de l'innovation dans l'automobile. En effet, dès 1962 toutes les Saab se voient d'office équipées de ceintures de sécurité. Saab inventera également l'allumage automatique des phares (1969), les pare-chocs auto-réparateurs (1971), la protection contre l'impact latéral (1972), le filtre à pollen (1978), les plaquettes de frein sans amiante (1983), l'air conditionné sans CFC (1992), les appuis-têtes actifs anti-coup-du-lapin SAHR[17] (1996), les sièges ventilés (1997). Autant d'équipements aujourd'hui devenus standards, mais pour lesquels Saab s'est montré précurseur. Depuis 2007, le constructeur développe un système d'alerte pour la perte de vigilance du conducteur, le Driver Attention Warning System, basé sur un dispositif d'analyse des yeux par deux caméras infrarouges miniatures[18].

Une autre spécificité de Saab tient à la diffusion, à partir de 1976, de la technologie du moteur turbo auprès du grand public, ceci grâce à l'ingénieur Per Gillbrand. Auparavant, cette technologie apparue en 1902 se réservait quasiment à la compétition automobile puis au très haut de gamme, notamment sur la Chevrolet Corvair Monza en 1962, la BMW 2002 en 1973 ou la Porsche 911 en 1975. Dès 1977, la première Saab équipée d'un moteur turbo-compressé apparaît dans les concessions : la Saab 99 Turbo. Suivront les Saab 900 Turbo 16, ainsi que les modèles Aéro qui développent aujourd'hui jusqu'à 280 ch. Seuls les moteurs 2.0 essence de 130 ch et 1.8 essence de 122 ch sont dépourvus de cette technologie.

L'avenir de Saab s'oriente résolument vers les technologies automobiles à haute qualité environnementale. Déjà engagé sur la voie écologique avant l'heure, avec l'abandon de l'amiante en 1983 et des chlorofluorocarbones en 1992, le constructeur initie l'Europe à l'éthanol avec l'apparition en 2005 de ses moteurs BioPower turbo à injection directe, compatibles à l'essence sans plomb et optimisés pour le Superéthanol E85 issu, en Suède, de la biomasse non agricole. Saab prévoit dans un avenir proche la mise sur le marché de véhicules hybrides, notamment un moteur diesel 1.4t allié à une motorisation électrique d'assistance au couple pour la Saab 9-5 2010[19]. La marque prévoit également l'installation de cellules photovoltaïques sur le toit de ses véhicules, assurant la recharge de la batterie, et une alimentation électrique du turbo destinée à alléger la charge du moteur. Enfin, Saab Automobile participe à un programme suédois pour le développement d'une voiture électrique civile, la True Electric ZE 9-3 (Zero Emission), en partenariat avec ElectroEngine in Sweden AB, Innovatum AB, Boston-Power Inc. et Power Circle. L'assemblage d'une centaine de Saab 9-3 Aero électriques est prévu pour 2010[20]. A partir de 2012 le constructeur suedois utiliserait les moteurs essence Prince dévellopés par PSA et BMW pour remplacer les moteurs Opel[21].

Saab Technologies AB

Le groupe Saab Technologies, totalement séparé de Saab Automobile depuis 1990, propose en plus de son savoir-faire aéronautique, des activités de développement dans les secteurs de la défense militaire, de la sécurité civile, et de la communication.[22] Animé de plus de 13 200 employés en 2010, le groupe est fortement impliqué dans des projets européens ainsi qu'en Afrique du Sud, aux États-Unis et en Australie. Le groupe réserve 20 % de son activité à la recherche et développement.

La diversification des compétences commence dès les années 1960 avec la création de divisions d'ingénierie spécialisées dans l'informatique (Datasaab), l'industrie spatiale et le missile. En 2000, Saab fait l'acquisition du groupe de défense Celsius qui comprenait entre autres Bofors[23], le spécialiste suédois des canons depuis le XIXe siècle, pour devenir actuellement la première entreprise scandinave du secteur de la défense.

Entre autres produits, le groupe a notamment développé le drone Skeldar V-150, le radar de défense aérienne HARD, le système aérien de surveillance large zone CARACAS, le système de gestion des combats 9LV Mk4, un système intégré de contrôle du trafic aérien i-acs, le système CEROS 200 repérant des cibles et engageant le combat en contrôlant divers systèmes d'arme, le Trackfire RWS qui cible, vise, traite la balistique automatiquement[24], ainsi qu'une unité de commandement portative WCU intégrant un GPS, avec visualisation en temps réel du théâtre d'opération.

Saab Technologies, dirigé par Håkan Buskhe et un conseil d'administration de 10 membres élus, dont Åke Svensson, a réorganisé son activité depuis le 1er janvier 2010, pour proposer 5 pôles d'activité[25] :

Modèles d'automobiles

Modèles anciens

  • Saab 92 (1949-1956)
  • Saab 93 (1955-1960)
  • Saab 94 (1956)
  • Saab GT750 (1958-1962)
  • Saab Sport (1964-?)
  • Saab Formula Junior (1960)
  • Saab 95 (1959-1978)
  • Saab 96 (1960-1980)
  • Saab 97 (1966-1974)
  • Saab 99 (1968-1984)
  • Saab 90 (1984-1987)
  • Saab 900 (1978-1993) (Version classique, le cabriolet resta en production jusqu'en 1994)
  • Saab 900 NG (1993-1998) (Nouvelle Génération)
  • Saab 9000 (1984-1998)
  • Saab 9-3 (1998-2002) (Base de 900 NG)
  • Saab 9-3 Cabriolet (1998-2002)
  • Saab 9-5 I Berline (1998-2009), grande routière, redessinée depuis décembre 2005.
  • Saab 9-5 I Estate (1998-2010), grand break, redessiné en décembre 2005.
  • Saab 9-2X (2004-2006), Subaru Impreza modifiée, produite au Japon pour le marché nord américain.
  • Saab 9-7X (2004-2009), tout-terrain sur base de Chevrolet pour le marché américain, disponible en version essence uniquement. N'est pas importé par la marque Saab en France, mais par un distributeur Saab : Espace Défense Automobiles (92).
  • Saab Sonett, quatre versions, voir Saab 94 et 97.
  • Saab 600

Modèles actuels

  • Saab 9-3 Berline de Sport (2002-...), routière.
  • Saab 9-3 Cabriolet II (2003-...)
  • Saab 9-3 Sport-Hatch, break commercialisé depuis septembre 2005.
  • Saab 9-3X, crossover. (2009)
  • Nouvelle Saab 9-5 Berline (2010)

Véhicules expérimentaux et prototypes

  • Ursaab (1946)
  • Saab Monster (1959)
  • Saab Quantum (1962-1963)
  • Saab Catherina (1964)
  • Saab MFI13 (1965)
  • Saab Toad (1966)
  • Saab Paddan (1966)
  • Saab 98 (1974)
  • Saab EV-1 (1985)
  • Saab 9-X (2001)
  • Saab 9-3X Coupé (2002)
  • Saab Concept 9-3 Sport Hatch (2003)
  • Saab Aero-X (2006)
  • Saab 9-X BioHybrid (2008)
  • Saab 9-X Air (2008)
  • Saab 9-3 True Electric ZE (2009-2010)

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Saab de Wikipédia en français (auteurs)

Les marques automobiles