Ford neuve et occasion : comparer les prix et les modèles

Retrouvez toutes les voitures Ford sur LeComparateurAuto. Comparer les prix de tous les modèles de Ford, et acheter votre voiture moins chere, neuve ou occasion

Logo ford

DESCRIPTION ET HISTORIQUE FORD

Ford (officiellement Ford Motor Company) est un constructeur automobile américain, basé à Dearborn, Michigan.

Histoire

C'est le 16 juin 1903, qu'Henry Ford créa la Ford Motor Company avec un capital de 150 000 $US, dont 28 000 $US de sa poche.

La première voiture aurait été vendue le 23 juillet 1903[réf. souhaitée].

L'usine est installée dans une ancienne fabrique de fiacres de Détroit, elle connaît des débuts difficiles. Mais Henry Ford fourmille d'idées : en cinq ans, il crée 19 modèles différents. L'entreprise importe du caoutchouc du Congo léopoldien pour la fabrication de pneus et pièces de moteurs.

Le succès vient en 1908 avec l'arrivée de la célèbre Ford T le 12 août 1908. Ce modèle sera vendu à plus de 15 millions d'exemplaires dans le monde. Le succès de la Ford T fut tel que la demande dépassera l'offre. Ford n'eut même pas besoin de faire de publicité de 1917 à 1923.

Pour produire la Ford T, Henry Ford dut mettre en place une nouvelle méthode de travail appelée le fordisme inspirée directement du taylorisme, lui-même nommé O.S.T. (organisation scientifique du travail).Cette méthode se répandra rapidement au sein de l'ensemble des industries de transformation.

Pour faire face à une relative saturation du marché résultant d'une diffusion très large de la Ford T, Henry Ford élabore le principe du renouvellement des versions pour ses automobiles. De nouvelles versions de la Ford T apparaissent, parfois avec des modifications mineures par rapport aux versions précédentes, afin que le marché soit régulièrement stimulé par cet effet de mode. Critiqué pour son importation de caoutchouc congolais (travaux forcés), Ford se tourne vers des production brésiliennes et indonésiennes.

Le succès du Modèle T permet à Ford de s'agrandir considérablement aux États-Unis, mais également en Asie (1909), en Amérique du Sud, en Europe (1911) et en Australie (1925), de nouveaux sites de production et d'assemblage voient le jour. Ce développement fulgurant s'accompagne d'un système de rémunération unique pour l'époque : 5 dollars pour huit heures de travail par jour en 1914.

Pendant la Première Guerre mondiale, Ford produit des sous-marins, des chars, des avions et des ambulances pour les Alliés. La société se lance par la suite dans la production de camions et de tracteurs (Fordson) en 1917. Suivra la production aéronautique en 1925 (avion Tri-Motor), rapidement stoppée par la dépression économique qui sévira aux États-Unis après la crise de 1929. En 1919, Henry Ford prend sa retraite et transmet les pouvoirs à son unique fils, Edsel, tout en continuant à s'intéresser de très près à la société.

Dans les années 1920, le fordisme et ses corollaires - la mécanisation, l'amélioration des conditions de travail et le développement de l'économie - font d'Henry Ford un héros populaire en URSS et les ventes de véhicules Ford décuplent entre 1922 et 1925[4].

À la même époque, il achète le journal The Dearborn Independant qu'il transforme en tribune antisémite. Il compilera plus tard ses articles dans le livre Le Juif international, traduit en plusieurs langues, et qui inspira les écrits d'Adolf Hitler. Ainsi, Henri Ford est le seul américain cité dans Mein Kampf et fut le seul à avoir son portrait dans le bureau d'Hitler (Lire The American Axis de Max Wallace).

Le 1er janvier 1925, Ford sort sa 10 millionième voiture.

En 1927, Ford décide de remplacer la mythique Ford T et lance la Ford A. Ford s'implante de manière plus importante en Europe, notamment à Bordeaux, France en 1925, à Dagenham, Angleterre en 1929, puis à Cologne, Allemagne en 1930. Ces deux sites deviendront les quartiers généraux de Ford Europe.

En 1932, Ford sera le premier constructeur à commercialiser un moteur V8, tandis que l'entreprise soviétique GAZ fonde son usine la même année, grâce à l'aide technique complète de Ford (chaîne d'assemblage, fourniture de moteurs, organisation, introduction du fordisme, envoi de coopérants, formation du personnel, etc.), trois ans après la signature de l'accord entre la société de Détroit et le gouvernement soviétique. À l'origine, l'usine Ford se situait à Berlin et a été vendue à l'URSS[5].

La GAZ A est la première voiture de la nouvelle société, réplique de la Ford A et le GAZ AA, réplique du Ford AA assemblé son premier camion, dont la durée de vie ira au-delà de la Seconde Guerre mondiale. Ces modèles sont produits sous licence Ford.

Les relations entre Henry Ford et Serguei Dyakanov, premier directeur de GAZ, étaient étroites et bonnes, professionnelles et personnelles. Cette amitié valut au soviétique de la part des autorités de son pays des soupçons d'intelligence avec l'étranger et de dérive droitière (à l'époque des Grandes Purges), et d'être arrêté, accusé, jugé et tué le 18 juillet 1938 par le NKVD pour espionnage au profit de gouvernements étrangers[6]. Le 18 janvier 1937, Ford sort sa 25 millionième voiture.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Ford se consacre à l'effort de guerre « allié » en construisant des bombardiers, des jeeps, des moteurs d'avions, des chars de combat pour le complexe militaro-industriel des États-Unis d'Amérique]. En 1939, Edsel, le fils d'Henry Ford fonde la marque de voitures de luxe Mercury.

Les usines de Ford en Union des républiques socialistes soviétiques produisent un très grand nombre de camions et autres véhicules pour l'armée rouge, tandis que l'usine allemande (Fordwerke) et l'usine de Poissy en France ont produit un grand nombre de véhicules militaires utilisés par les Nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. Ford a dénié ces allégations, toutefois il est prouvé que la société avait commencé à exploiter la main-d'œuvre de travailleurs forcés et de prisonniers de guerre avant même l'institution de cette exploitation très rentable par le gouvernement nazi. Des accusations identiques ont été portées contre de nombreuses entreprises américaines ayant des activités en Europe au moment du conflit. Mais aucune n'aura à ce point inspiré le nazisme.

Le président de la société, Edsel Ford, meurt prématurément en mai 1943. Ce sera Henry Ford qui le remplacera jusqu'à ce que l'aîné de ses petits-enfants, Henry Ford II, lui succède en septembre 1945. Henry Ford ne verra pas le renouveau de sa marque, il meurt le 7 avril 1947 à l'âge de 83 ans. Étonnamment, le passé nazi et antisémite de Henri Ford a été occulté dans beaucoup de ses biographies. Henri Ford incarne un tel modèle de réussite industrielle que certains préfèrent masquer les aspérités les plus grossières d'un homme qui restera un des contributeurs à l'antisémitisme américain.

Après la seconde guerre mondiale, la Ford Motor Company est dans une situation critique : les modèles sont vieux, la société perd plusieurs millions de dollars par mois. Henry Ford II entreprend alors de réorganiser et de décentraliser la compagnie, pour lui permettre de faire face à une concurrence féroce. Quarante-quatre usines de fabrication, dix-huit usines d'assemblage, trente-deux centres de distribution de pièces détachées et treize centres de recherche/développement sont construits. La Ford Credit Company (service de financement) est créée en 1959, Motorcraft (pièces détachées) en 1961.

C'est en 1963 que Ford ouvre sa première usine africaine, en montant des moteurs à Port Elizabeth. Avec le site d'assemblage de véhicules à Pretoria ouvert en 1968, l'Afrique du Sud demeure le seul pays d'implantation du constructeur sur le continent.

La fameuse Ford Mustang sortira en 1964 sur le marché américain.

En janvier 1956, Ford Motor Company ouvre son capital au public. Les actionnaires sont au nombre de 700 000 aujourd'hui[Quand ?]. Entre 1950 et 1970, la société va connaître une nouvelle phase mondiale de développement. Sur le plan européen, de nombreuses infrastructures sont mises en place, avec, après la création de Ford France, celle de Ford Europe en 1967.

Porte-feuille de marques

En 2006, Ford détenait un portefeuille de 8 marques : Ford, Lincoln, Mercury, Land Rover, Jaguar, Volvo, Aston Martin et Mazda. En 2010, ce portefeuille est ramené à 2 marques, la marque historique Ford et la marque de luxe Lincoln. Toutes les autres marques ont été soit arrêtées, soit cédées.

C'est en 1922 que Ford rachète le constructeur américain Lincoln à Cadillac.

En 1939, le fils unique du fondateur Henry Ford, Edsel Ford, crée la marque Mercury.

En 1979, Ford entre dans le capital du japonais Mazda, en en prenant 24.5%. En avril 1996, Ford se renforce et porte sa participation à 33.4% pour 480 millions de dollars. Ford est alors le premier actionnaire de Mazda[7].

À la fin des années 80 et au début des années 90, Ford rachète les marques de voitures de luxe Aston Martin (1987) et Jaguar (1990).

En 1999, Ford rachète Volvo Cars (branche automobile de Volvo) au groupe Volvo AB pour 6,45 milliards USD.[8]

Le 17 mars 2000, Ford rachète la marque de véhicules tout-terrain Land Rover à l'allemand BMW.

Récemment, Ford a cherché à se repositionner sur un nombre restreint de marques et en revend la plupart. En mars 2007, en difficulté financière, Ford cède Aston Martin à un groupe d'investisseurs britanniques pour une somme avoisinant le milliard d'euros. Aston Martin venait pourtant de réaliser un bénéfice d'environ 150 millions d'euros pour la première fois depuis plusieurs années.

Le 26 mars 2008, Ford vend Jaguar et Land Rover à Tata Motors, un constructeur indien filiale du groupe industriel Tata.

En novembre 2008, Ford revend 20.4% du capital de Mazda pour 53.22 milliards de yens, soit 425 millions d'euros[9]. En 2010, Ford ne possède plus que 11% du japonais.

Le 28 mars 2010, Ford vend la marque automobile suédoise Volvo au constructeur chinois Geely[10]. Cette vente a été signée au siège de Volvo en Suède par le directeur financier de Ford et le président de Geely ce même jour[11].

En juin 2010, Ford décide d'abandonner Mercury. La production doit être définitivement arrêtée fin 2010[12].

Marché mondial

Longtemps second constructeur mondial, derrière la General Motors, Ford est depuis 2004 le troisième constructeur automobile mondial, dépassé par Toyota. Il emploie environ 350 000 personnes dans le monde.

En 2005, Ford a appelé à « engager dès maintenant une action commune des secteurs public et privé » pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

En janvier 2006, face à des pertes considérables et à l'érosion de ses parts de marché (de 25 % en 1998 à 18,6 % aujourd'hui), la société annonce un vaste plan de restructuration et la suppression de 30 000 emplois dans la division nord-américaine[13]. Pendant la crise économique de 2008, Ford a vendu 20% des parts de Mazda afin de bénéficier de liquidités.

Le 25 janvier 2007, Ford US annonce une perte record de 12,7 milliards de dollars pour l'année 2006. Ford Europe présente un résultat positif.

En France

Les collectionneurs d'automobiles Ford sont rassemblés au sein du Club Obsolete Ford France, le club historique de la marque en France[14].

En Europe

La filiale européenne de Ford est un des six grands constructeurs automobiles européens. Elle collabore avec Peugeot-Citroën, avec qui elle produit en commun ses moteurs diesel. Basée en Allemagne, Ford Europe possède des usines dans les pays suivants :

  • Allemagne :
Cologne : Ford Fiesta et Ford Fusion
Sarrelouis : Ford Focus, Ford Kuga
  • Belgique :
Genk : Ford Mondeo, Ford S-Max, Ford Galaxy
  • Espagne :
Valence-Almussafes : Ford Focus, Fiesta et Ka
  • France :
Bordeaux-Blanquefort : transmissions automatiques (vendu le 1er mai 2009 / n'appartient plus à FORD)
  • Pologne :
Plonsk
  • Royaume-Uni :
Bridgend
Dagenham
Halewood
Southampton : Ford Transit
  • Turquie :
Kocaeli : Ford Transit

Modèles d'automobiles Ford

Modèles européens

  • 500
  • Anglia
  • Capri
  • Contour
  • Cougar
  • Courrier
  • Escort
  • Explorer
  • Fiesta
  • Focus
  • C-Max
  • Fusion
  • S-Max
  • Galaxy
  • Granada
  • Ka
  • Kuga
  • Orion
  • Mondeo
  • Probe
  • Puma
  • Ranger
  • Scorpio
  • Sierra
  • SportKa
  • Taunus
  • Tourneo
  • Transit
  • Tourneo Connect
  • Transit Connect

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ford de Wikipédia en français (auteurs)

Les marques automobiles